Scroll To Top


Autres manifestations

 

 

salle_300

 

 

Spectacle - Débat du 15 avril 2015 à Besançon, 5, 6 et 7 novembre 2015 à Dole, Ornans et Vesoul - OSER ECRIRE SES DIRECTIVES ANTICIPEES

L’humour valait le détour !

 Oui ! On peut parler de la fin de vie avec humour… Pari gagné pour JALMALV Besançon qui a organisé en avril, puis en novembre, en quatre villes différentes de la région (Besançon, Dole, Vesoul, Ornans) une soirée « Spectacle Débat » :

«  Oser écrire ses Directives Anticipées.
Un engagement ! Pour qui ? A quoi ? »

 

la_maladie_300 le_formulaire_300 tu_peux_compter_sur_moi_2_300en_famille_300 acteurs_300

harpiste_300

Au total, plus de 700 personnes de tous âges sont venues applaudir les artistes de la « Compagnie des 3 Sœurs » et leur chanteuse joueuse de harpe. Quatre saynètes humoristiques et autant d’intermèdes musicaux bien adaptés ont provoqué des rires massifs, de francs applaudissements et… une multitude de ressentis et de questionnements sur la difficulté de rédiger ses directives anticipées et de nommer une personne de confiance !

La voie était ainsi ouverte pour un débat mené de main de maître par une animatrice - journaliste, réunissant autour d’une même table un professionnel de santé, une psychanalyste et un représentant des usagers. Pendant plus d’une heure, les intervenants ont décrypté un vocabulaire parfois complexe, expliqué les réticences à anticiper la fin de vie et à s’engager dans la rédaction des Directives Anticipées. Ils ont accueilli les inquiétudes du public relatives aux inégalités de soins, apporté des précisions sur le débat parlementaire en cours et sur l’évolution de la loi sur la fin de vie.

Difficile de résumer toute la richesse des débats en quelques lignes et l’impact sur chacun individuellement ! Nous retenons principalement trois axes de réflexion :

Les réticences rencontrées lorsque nous essayons d’anticiper notre fin de vie sont nombreuses et elles sont toutes légitimes… d’où l’importance de s’informer, d’exprimer ses craintes et ses souhaits, de se tourner, si besoin, vers des «personnes ressources» (médecin traitant, psychologue, associations d’accompagnement…).

La parole de la personne malade doit rester primordiale pour toute décision en fin de vie… La rédaction des Directives Anticipées et la désignation de la Personne de Confiance ne sont pas «des fins en soi» mais des «outils», des «moyens», pour permettre à chacun de faire connaître et respecter sa volonté dans le cas où il ne serait plus en mesure de s’exprimer…

Il est urgent de développer «la culture palliative» en France pour que chaque personne, quel que soit l’endroit où elle se trouve, puisse au terme de sa vie, trouver une équipe médicale, des proches, des accompagnants à l’écoute de ses désirs profonds.

Nous ne voulions ni convaincre d’écrire ses Directives Anticipées, ni apporter des solutions toutes tracées… simplement permettre à chacun, là où il en est, d’enrichir sa réflexion, de mûrir sa démarche et d’oser faire face à une question si souvent éludée par nous, autour de nous dans une société où la mort est encore «sujet tabou».

debat_300

Les nombreuses réactions qui nous parviennent suite à ces soirées nous permettent de dire «Objectif atteint !».

Ces soirées sont le fruit d’une collaboration étroite entre les acteurs de la compagnie théâtrale et quelques bénévoles de JALMALV Besançon ; ils ont construit ensemble les saynètes humoristiques. La réussite est due aussi à de nombreux partenaires qui, au-delà du soutien financier et logistique, ont partagé avec tous les bénévoles mobilisés des valeurs communes d’humanité et de solidarité…

Beaucoup de travail certes… mais, il reste au sein de l’équipe de bénévoles comme un goût de «reviens-y» …

*****